27 rue Claude Decaen - 75012 Paris

Magali Canté, de retour de St Pétersbourg - octobre 2016

Magali Canté revient du 8ème Championnat TCFE avec 5 médailles d'argent en catégorie "tous niveaux" ! Forme rapide tous styles, Sabre Yang, Sabre - autre style interne, Epée - autre style interne, épée Yang.

Le Championnat d'Europe de Taichi Chuan et Arts Internes s’est tenu à St Pétersbourg le week-end du 28 au 30 octobre. Il a été organisé par la TCFE. Cette 8ème édition a accueilli environ 300 participants en provenance de 11 pays d’Europe.
C’est dans le magnifique Gymnase d’Hiver que se sont déroulées les épreuves de taichi chuan et de tuishou à pas fixe et mobile.
Les taolu sont exécutés individuellement ou en groupe, à main nues ou avec armes. Le temps d’une épreuve individuelle, mains nues ou armes (épée, sabre, bâtons, éventail notamment) est de 4 minutes. Cela laisse le temps au jury de noter certains critères communs à tous les styles : l’enracinement, la fluidité, la densité, la martialité, etc.
Des duels armes et mains nues codifiés existent également dans cette catégorie.
En tuishou, discipline de poussées de mains, deux partenaires tentent de se déséquilibrer, en pas fixes ou pas mobiles. Cela a lieu sur une surface souple. C’est assez physique, cependant les plus doués et expérimentés utilisent une autre énergie, des techniques et un placement dynamique pour déraciner l’adversaire.
 

Cette compétition est avant tout un moment de partage, une rencontre amicale qui permet de découvrir des styles anciens ou plus modernes, de montrer son style traditionnel ou de s’enrichir de tous ces nombreux petits moments, précieux et uniques qui formeront nos souvenirs de pratiquants.
J’ai rassemblé les impressions de deux amis compétiteurs de l’Equipe FAEMC (Norman Prades et Régine Zanini), car je souhaitais que chacun puisse s'exprimer afin que ces pages reflètent ce que nous avons vécu ensemble, notamment la cohésion et la bonne ambiance de ces deux jours de pratique.
Dès le début, nous nous sommes sentis une équipe, grâce à la tenue aux couleurs de la FAEMC offerte par l'équipementier sportif  Hummel. Nous étions fiers de former un seul "Corps France" pour le meilleur et pour le pire ! Tous pour Un et Un pour Tous, motivés pour ramener des médailles en retour !

Voici St Pétersbourg, la ville, belle de jour comme de nuit. Elle nous a tous séduits. La langue russe,un peu déstabilisante au début, est restée un mystère ! La cuisine copieuse et variée nous a comblés.
Bref tout était réuni pour que notre séjour soit agréable, atypique et inspiré.

Samedi 29 octobre, 9h30. Le gymnase au sol pourpre nous attend, je sens mon coeur battre plus vite en rentrant dans l’arène.
C’est ici que dans une heure nous allons évoluer sur 4 aires délimitées, contrôlées par 4 tables de juges experts. Les compétiteurs parés de leurs plus belles tenues forment un tableau coloré des plus
vivant.
La cérémonie d’ouverture rassemble tous les compétiteurs par pays, nous formons un rectangle autour de nos juges, qui pour l’occasion font une démonstration au centre, tous ensemble, chacun dans son propre style. J’ai trouvé ce moment fort émouvant tant il était empreint de concentration, de respect et de diversité harmonieuse.

La compétition débute, les micros commencent à crépiter et à lancer des appels, des compétiteurs pratiquent leurs enchaînements les uns après les autres, toutes les aires sont en mouvement, les notes tombent encore et encore. D’autres s’entraînent sur le côté ou se détendent.
En face sur les tatamis, les combats défilent, ça pousse et tire, dévie et projette… L’enthousiasme des spectateurs et des supporters donne une ambiance festive !
Car les journées de compétition prennent un air de fête lumineuse et colorée. Côté taolu, ambiance martiale et expressive ; côté tuishou, survoltée et conviviale.
Les sabres tranchent, les épées fendent l’espace, les bâtons frappent, les éventails claquent. Les regards des compétiteurs en plein taichi expriment la martialité du mouvement. Pendant deux journées, des duels, des groupes, des combats s’enchaînent et les participants se déchaînent avec un plaisir apparent.
On les imagine, ces adversaires invisibles, tournant autour de nous ! Cet invisible qui donne du sens à nos gestes, nos esquives, parés, coups de poings et poussées, nos reculs ou déplacements...
Les gestes sont spiralés, courbes, ondulés en revanche l’intention est droite et déterminée.
Voici le temps des podiums, des médailles, des applaudissements, plus que jamais heureux d’avoir participé à cette rencontre, unis à travers la pratique, les compétiteurs vont bientôt se séparer avec des souvenirs plein la tête et ce désir commun de revenir.