27 rue Claude Decaen - 75012 Paris

Historique des négociations

Historique des négociations ayant abouti au regroupement des arts énergétiques et martiaux chinois au sein de la FFWaemc

1996
Les arts martiaux chinois étaient sous la tutelle de la Fédération Française de Karaté et Arts Martiaux Affinitaires (FFKAMA), cette dernière ayant de novembre 1989 jusqu’en décembre 1996 la délégation pour les disciplines Kung Fu et Taïchi Chuan.
Un constat réalisé par les services déconcentré du MJS en 95 et 96 fait apparaître que :

  • la FFKAMA rassemblait environ 12000 licenciés dans ces deux disciplines,
  • Quatre autres associations dites : Fédération des Taïchi Chuan Traditionnels, Fédération de Kung Fu Wushu, Fédération des Associations de Qi Gong et Fédération Européenne de Qi Gong réunissaient environ 14 000 licenciés.

Dans le cadre d’une politique générale de traitement du dossier des arts martiaux et des sports de combat, le Ministère a souhaité regrouper l’ensemble de ces composantes des arts martiaux chinois et favoriser la création d’une nouvelle fédération délégataire. Dans cette perspective, la solution du tutorat, durant une olympiade, d’une fédération délégataire avait été choisie. La Fédération Française de Karaté et Arts Martiaux Affinitaires a été désigné et a créé, à cet effet, en juin, en son sein un organisme national dénommé « Union Française des Arts Martiaux Chinois ». Faute d’une véritable volonté des dirigeants des arts martiaux chinois à la FFKAMA, cette création ne s’est pas faite dans les règles, ni ne s’est accompagnée d’une politique d’union des composantes extérieures. En conséquence, ces dernières se sont donc naturellement regroupées le 16 octobre. Deux groupes d’environ 13 000 personnes se retrouvaient face à face.
Décembre : Première réunion à l’initiative du MJS de l’ensemble des composantes des arts martiaux chinois pour trouver une solution à ce problème.

1997
Mars : Le renouvellement de la délégation anciennement attribué à la FFKAMA pour le Kung Fu et le Taïchi Chuan est suspendu.
Avril : L’assemblée générale des représentants kung fu à la FFKAMA vote à l’unanimité en faveur de négociations avec les autres Arts Martiaux Chinois.
Le président de la FFKAMA annonce son opposition à un tutorat permettant à terme l’autonomie des arts martiaux chinois.

Juin : Choix par le ministère de la création d’une fédération d’arts martiaux chinois rattachée par convention à la Fédération Française de Taekwondo. Le 10 lors de la signature, au ministère même, de l’accord de l’ensemble des parties, les représentants du groupe arts martiaux chinois de la FFKAMA refusent d’entériner le projet.

1998
Février : L’agrément de fédération sportive est accordé à la Fédération de Taïchi Chuan et Chi Gong (FTCCG)
Avril : Le ministère annonce dans l’instruction N°98-054 du 3 avril 1998 : « …je souhaite regrouper l’ensemble des structures organisant les arts martiaux d’origine chinoise au sein d’une même fédération. L’objectif étant que cette dernière obtienne, au terme de l’olympiade, une délégation. De nombreuses difficultés n’ont pas encore permis de réaliser ce projet… En conséquence, sans abandonner le projet de réunification à terme, j’ai décidé de prendre en compte de façon séparée les arts martiaux d’origine chinoise tout en reconnaissant leur complémentarité et de dissocier les pratiques externes des pratiques internes et énergétiques… ».
Août : Renouvellement de la délégation à la FFKAMA pour la discipline Kung Fu uniquement.

1999
Juillet : Le ministère fait acter par l’ensemble des partenaires le principe de la constitution d’une fédération autonome à la fin de l’olympiade, c’est à dire en septembre 2000 (la structure d’accueil pouvant être la FTCCG). De plus, il favorise le regroupement de tous les pratiquants de Kung Fu en faisant signer au président de la FFKAMA une convention avec la FKWS (Fédération de Kung Fu Wushu)
Septembre : les pourparlers s’engagent entre les différents représentants du kung fu à la FFKAMA et la FTCCG en vue de leur réunion au sein d’une évolution de la FTCCG.

2000
mars : les représentants FFKAMA exigent d’être surreprésentés au comité directeur provisoire lors de la première année d’existence de la structure unique. La FTCCG accepte.
Juin : Après accord sur les structures, au moment de la mise en oeuvre les représentants FFKAMA rompent les négociations.
Décembre : Etats Généraux des associations kung fu à la FFKAMA; débat sur le devenir du kung-fu. Quasi-unanimité (99%) pour l’indépendance par la constitution d’une fédération des Arts Martiaux Chinois.

2001
janvier : Assemblée Générale de la FFKAMA. Election d’un nouveau Président par scrutin de liste. Les seuls karatékas élisent un représentant kung-fu au sein de leur Comité Directeur.
Mars : L’assemblée générale de la FTCCG élargit son objet à l’ensemble des arts martiaux chinois. Au sein de la FFKAMA, le 02/03, rédaction des statuts en vue de la constitution d’un Comité National Kung-Fu Wushu (CNKW). Assemblée Générale constitutive, le 31/03, avec vote des statuts du CNKW par les clubs qui renouvellent leur désir d’indépendance : 5793 pour – 21 contre.
Mai : Assemblée Générale élective du premier Comité National Kung-Fu Wushu., organisée dans le cadre FFKAMA par les dirigeants Arts Martiaux Chinois, issus soit de la FKWS soit de la FFKAMA. Plus de 70% de participation au vote (11000 voix exprimées). Ce comité se met aussitôt au travail dans la perspective d’une autonomie à court terme.
Août : Annulation des élections du 5 mai par le CNOSF pour manque de rigueur dans le déroulement de l’élection dont les dirigeants arts martiaux chinois avaient la charge dans le cadre FFKAMA.
Décembre : Une partie des membres du Bureau du Comité National Kung Fu, issus de la FFKAMA contactent la FTCCG. Ils forment le CNAMC, indépendant de toute fédération, dirigé par une majorité des membres du comité directeur du CNKW débouté par la FFKAMA.

2002
Janvier : Après la démission massive des cadres de l’ancien comité, rencontre officielle des ex-dirigeants kung-fu de la FFKAMA avec les responsables de la FTCCG en vue du regroupement des Arts Martiaux Chinois au sein de cette fédération, répondant ainsi au vœu déjà exprimé par le Ministère de la Jeunesse et des Sports et par la majorité des clubs et pratiquants de kung-fu.
La FTCCG accepte les affiliations des associations du CNAMC, après avoir avisé le ministère des Sports.
Juillet : Réunion au Ministère des Sports faisant état de l’adhésion de nombreux clubs de kung-fu ex FFKAMA à la FTCCG (plus de 150 pour près de 6000 licenciés).

2003
février : l’agrément ministériel de la FTCCG est renouvelé.
La FFKAMA organise de nouvelles élections pour le CNKW, 18 mois après la demande du Ministère.
mars : en assemblée générale, les représentants des arts externes sont élus au scrutin de liste au Comité Directeur de la FTCCG
Il en est de même dans plusieurs Comité Régionaux au cours de l’année, certains choisissant leur président parmi les représentants des arts externes
Octobre : le regroupement souhaité depuis 1996 est réalisé et opérationnel. Il ne manque que les athlètes de haut niveau, restés à la FFKAMA du fait de la délégation.
Novembre : La commission mondiale rejette la candidature de la France pour l’organisation des 8èmes Jeux Mondiaux à Paris. Pour la fédération mondiale, la situation du kung-fu français sous tutelle d’une fédération gérant un art martial japonais, est un obstacle rédhibitoire à la tenue de compétitions internationales.

 

Voir aussi :

Quelques dates marquantes de l’histoire fédérale